MoriheÏ UESHIBA

Daniel TOUTAIN

Le fondateur de l’Aïkido, Moriheï UESHIBA (1883 – 1969), fut inspiré par les meilleurs maîtres d’arts martiaux du Japon de l’époque (écoles de Ju-Jitsu, d’escrime traditionnelle). L’arrière-plan philosophique ou religieux (traditions Shinto – Zen – Taoïste) joua un rôle très important dans l’élaboration de cet art.

A côté du retour aux sources à l’esprit traditionnel du samouraï, il réussit à ouvrir sa pratique à des notions plus modernes telles que la recherche de la paix, de la fraternité ou de l’harmonie et développa à partir de 1948 l’enseignement d’une discipline neuve et originale, qui commença dès 1950 à rayonner dans le monde entier, notamment en France.

Cette pratique permet de s'initier et de se perfectionner dans une Voie s'appuyant sur des principes solides.  Chacun peut de la sorte orienter sa propre recherche sur les traces du Maître Morihei UESHIBA qui prônait l'harmonie universelle à travers la jonction entre l'aspect matériel et l'aspect spirituel. Le but est de permettre au pratiquant d'évoluer dans la pratique du Budo japonais tout en éveillant sa propre conscience pour être libre, responsable et bienveillant.

Le WANOMICHI, littéralement "la voie de la paix", est l'enseignement transmis par Daniel Toutain, élève direct de Maître Saïto qui suivit Maître Moriheï Ueshiba durant vingt trois ans.

(Extrait de wanomichi.net, site de Daniel Toutain)

Daniel Toutain, qui a bénéficié de toute cette transmission auprès du maître Saito dans ce lieu historique en tant que uchideshi (élève interne), est à l'origine du Wanomichi.

Wanomichi prend donc sa source dans cet enseignement qui était transmis à Iwama, mais en propose une approche qui se veut être plus en phase avec les besoins du monde d’aujourd’hui. Wanomichi a en effet été enrichi de l’apport d’autres disciplines pratiquées par Daniel Toutain, disciplines dont les principes fondamentaux convergent avec ceux des techniques de l'Aikido d'Iwama. 

Une préparation physique et mentale (shinshin no junbi) élaborée et adaptée à partir du Ashtanga Yoga* et du Gokul Yoga* (Yogas dynamiques) a été intégrée dans le programme d’entrainement. Par ailleurs, s'ajoutent de nombreux exercices qui ont été créés (Enshin no kata) dans dans le but d'offrir la possibilité d'un perfectionnement en solitaire au Dojo comme en dehors du Dojo. Ces exercices se basent sur les principes du cercle pour créer l’harmonie ainsi que sur les principes de leviers pour ne pas utiliser la force physique pure lors de l'application des techniques. C’est ce qui permet d’obtenir une parfaite harmonie avec le partenaire quelle que soit l’intensité de son attaque en éliminant tout conflit et toute opposition avec celui-ci.

Junbi no waza est une autre particularité du Wanomichi et consiste en une série de préparations avec partenaire. Des exercices s'exécutant à mains nues ou avec un Jo permettent de maîtriser les notions d'axe et de placement tout en favorisant la disponibilité du corps lors de l'exécution des techniques.

Toutes ces formes d’entraînements complémentaires, regroupées sous l’appellation « Kaizen Dosa*», n’existaient pas dans l’Aikido d’Iwama. Elles constituent donc l'originalité du Wanomichi qui propose ainsi une pratique globale en ajoutant aux techniques issues du Budo japonais un travail complet axé sur une bonne utilisation du corps, du mouvement et de l’énergie. Tout en développant des capacités physiques de souplesse et de tonicité, le but est d’aboutir à un état de paix intérieure pouvant se refléter dans toutes les actions quotidiennes.


Wanomichi s’inscrit parfaitement dans la citation de Jean Cocteau :
«La Tradition, c’est ce qui, en s’appuyant sur les certitudes du passé, évolue en permanence

 

© 2020 Aiki Shuren Dojo du Vexin

  • Facebook
  • Instagram